Mulet

Publié le par Ligue Bretagne Pays de Loire - FNPSA

(Muges en méditerranée)

taille de capture mini : 30 cm

espèce non soumise au marquage

plusieurs espèces de mulets, plus ou moins faciles à différencier, sont présentes dans les eaux bretonnes : 

- Le mulet lippu ou mulet noir (Chelon labrosus) a une lèvre supérieure épaisse, le haut de la nageoire pectorale sombre et le dos gris sombre (taille maximale 75 cm). Il est présent dans tout l’Atlantique Est et est le plus abondant dans les eaux côtières et eaux lagunaires, principalement de mai à octobre. 


- Le mulet doré (Liza aurata) se remarque par ses taches dorées sur l’opercule, sa fine lèvre supérieure et ses écailles frontales ne dépassant pas l’avant des yeux (taille maximale 55 cm). Il est présent dans tout l’Atlantique Est. 


- Le mulet à grosse tête (Mugil cephalus) a le dessus de la tête aplati, une lèvre supérieure mince, une zone translucide autour de l’oeil et souvent une tache noire à la base de la nageoire pectorale (taille maximale 1,2 mètre). Il est présent dans l’Atlantique Est excepté en mer du Nord. 


- Le mulet porc (Liza ramada) a une lèvre supérieure fine, des écailles en avant des yeux et souvent une tache jaune sur l’opercule et un point noir à la base de la nageoire pectorale (taille maximale 70 cm). Il est présent dans tout l’Atlantique Nord-Est.

Malgré certaines caractéristiques qui leur sont propres, ils ont en commun un corps allongé et fuselé avec de grosses écailles, un museau arrondi,... Ils affectionnent les eaux saumâtres et sont abondants dans les estuaires ainsi que dans les ports où on les observe souvent depuis la jeté.

alimentation : Ce sont des brouteurs qui raclent les rochers, algues ou encore fonds vaseux à la recherche de matières organiques. On les trouve souvent en banc mais il est possible de croiser des individus solitaires. Le record de taille appartient au mulet à grosses lèvres pouvant atteindre 120 cm pour un poids de 8 kg.

approche : Le mulet se trouve plutôt par petit fond mais la chasse sous-marine du mulet n'est pas toujours évidente, d'un caractère lunatique, il peut s'avérer très craintif ou très curieux selon les circonstances. On le capture à l'agachon sur des fonds rocheux ou sableux, à l'indienne le long des parois rocheuses, à trou dans les ragues ou les éboulis bien aérés ou encore à la coulée dans l'eau claire.

Sa chair varie d’une espèce à l’autre et fait souvent débat. Sa réputation est entachée par son omniprésence dans les zones insalubres.

courbe taille / poids : 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article