"La part des plongeurs",article du Télégramme du 30/12/2009

Publié le par Ligue Bretagne Pays de Loire - FNPSA


Le 30 décembre dernier, le Télégramme publait une pleine page sur la pêche de la praire en rade de Brest dans laquelle un article  intitulé "La part du plongeur" cf ci dessous annexe 1 était diffusé.

La Ligue de Bretagne Pays de Loire de la FNPSA soucieuse de défendre les intérêts des chasseurs sous-marins à souhaité réagir à cet article et à demandé le 6 janvier dernier au Télégramme la publication d'un article de "précison".

Dans l'attente d'une réponse que nous espérons positive quand à la diffusion de cet article, vous trouverez ci joint notre texte transmit au Quotidien cf annexe 2.




ANNEXE 1

 

droit de ..-copie-1



ANNEXE 2



 

Fédération Nautique de Pêche Sportive en Apnée

Ligue de Bretagne et des Pays de Loire

7 place de la croix 29900 Concarneau

SIREN : 501 499 149

Mail : lbpsa@yahoo.fr - Site : http://lbpsa.over-blog.fr



                                                                                                                                                                                            Le 06/01/2010

 

La passion des pêcheurs sportifs en apnée

 

Suite à l’article relatif à la pêche de la praire paru le 30 décembre 2009 intitulé « la part des plongeurs », les dirigeants de la ligue de Bretagne et des pays de Loire de la Fédération nautique de pêche sportive en apnée (FNPSA) ont souhaité réagir et apporter leur point de vue sur la pêche en apnée de la coquille Saint-Jacques en rade de Brest.

 

Nous ne comprenons pas pour quelle raison les pêcheurs sous-marins sont ici pointés du doigt de la sorte alors que l’article en question traite de la pêche professionnelle de la praire, mollusque qui n’est pas pris en apnée. Nous sommes consternés de voir à quel point notre activité reste méconnue et méprisée, alors qu’elle représente sans conteste une forme de pêche particulièrement respectueuse de l’environnement sous-marin puisque sélective et pratiquée exclusivement en apnée ce qui, dans le contexte actuel de préservation du milieu marin, prend toute sa valeur.

 

Les quelques irréductibles qui pratiquent la pêche sous-marine en apnée l’hiver ne sont ni des voyous ni des sots pour se jeter dans une eau à 8/9° histoire de tenter de capturer un poisson, si difficile en cette période, ou à la main leurs « 15 malheureuses coquilles » (cf. article du 30/12/09). Ce sont en réalité des passionnés de l’apnée et de la pêche qui connaissent et appliquent la réglementation en vigueur. Ils n’hésitent pas à braver les éléments pour avoir le plaisir de les pêcher à la seule force des poumons et des palmes. C’est une pêche difficile et qui nécessite une parfaite condition physique et une bonne expérience de la mer pour espérer réaliser son « quota » de 15 coquilles. Avec de la chance, le pêcheur sportif en apnée rencontre parfois une seiche voire exceptionnellement une sole, espèce devenue si rare pour le pêcheur loisir, pas par sa faute c’est sûr.

 

La réglementation de la pêche en apnée de la coquille Saint-Jacques devrait évoluer pour être plus adaptée à notre pratique et limiter les risques de conflits d’usage par la concomitance des activités professionnelles et de loisir. En période d’ouverture, elle pourrait tendre vers l’autorisation de la pêche en apnée, hors créneaux professionnels et sans notion de jours ni d’horaires. C’est déjà le cas dans la Manche ou le pêcheur sportif en apnée est autorisé du 1er octobre au 15 mai à prélever 30 coquilles par jour, sans notion de dates ou d’horaires imposés. Ce dispositif permet à chacun de pratiquer son activité dans un respect mutuel, de la profession pour les uns, du loisir et de la sécurité et pour les autres.

 

Quoi qu’il en soit, il n’est pas tolérable de laisser penser que la pêche sous-marine en apnée rime avec braconnage d’autant que notre fédération fait de gros efforts pour favoriser l’enseignement des règles aux pratiquants, soit par l’intermédiaire de ses ligues et clubs, soit au sein de son école de Concarneau (800 stagiaires en 2009 et une dizaine d’encadrants, moniteurs et intiateurs formés pour la Bretagne). L’éthique et la lutte contre le braconnage constituent par ailleurs des orientations majeures de notre fédération et tout manquement à la réglementation expose un adhérent à des poursuites pénales et, sur le plan fédéral, à des poursuites disciplinaires.

 

Enfin, l’auteur de l’article est cordialement invité partager une de nos sorties hivernales pour découvrir et témoigner de notre passion, de notre respect pour la mer et ses habitants.

 

La ligue Bretagne et des Pays de Loire de la FNPSA

Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
<br /> j'erpère que la lettre sera lue et que nos arguments seront pris en considération...<br /> <br /> <br />
Répondre