Interview du mois : Philippe LETTY

Publié le par Ligue Bretagne de Pêche Sportive en Apnée

Portrait de Philipe LETTY, trésorier adjoint à la LBPSA.

 

Philippe LETTY – Trésorier adjoint à la LBPSA

   Philippe LETTY

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?
Philippe LETTY, j'ai 29 ans, j'habite Brest et je travaille dans l'électricité.

Depuis combien de temps pratiques-tu la chasse sous-marine et comment y es-tu venu ?

Je pratique la chasse sous-marine depuis mes 16 ans, mais j'ai commencé à mettre un masque vers l'age de 8 ans pour observer les fonds marins et à l'occasion avec mon père qui rentrait de chasse.
Une autre étape importante dans ma pratique de la chasse sous-marine est mon inscription à l'Agachon Tranquille en 2005 où j'ai appris énormément sur tous les points de vue : techniques de pêche et d'approche des poissons, profondeur, sites de pêche,...

 Vers où vas-tu chasser le plus souvent ?

J'aime bien aller du coté du Conquet ou de Plouarzel quand je vais à la palme. En bateau je vais vers le Cap de la Chèvre et vers Ouessant.

Quelle technique pratiques-tu le plus souvent et ta chasse préférée ?
Je fais un peu de tout, chasse a trou, indienne, agachon mais avec quand même une petite préférence pour ce dernier.
Ton poisson préféré ?
En Atlantique, c'est le lieu jaune. J'adore voir arriver les gros lieus, je m'en lasse pas... Pour la première fois, l'année dernière je suis allé en corse où j'ai pu voir quelques dentis, ils n'étaient pas très gros mais magnifiques ! 

Es-tu plutôt bateau, planche ou kayak ?
En fait je fais moitié moitié entre les pêches à la palme et les sorties bateau. J'adore les sorties à la palme, je trouve que les pêches sont plus variées et qu'on peut prendre le temps de bien observer la faune et la flore.
Les sorties en bateaux sont plus conviviales et on peut se permettre de pêcher dans des zones a fort courants. C'est pourquoi il est indispensable de faire les deux.
Je compte me mettre bientôt à la pêche en kayak.

La profondeur moyenne à laquelle tu évolues ?

Avec un joli bar

Je pêche la plupart du temps sur des fonds de 15 à 20 m mais il m'arrive de descendre plus bas quand c'est nécessaire.

Ton plus beau souvenir en chasse ?

Je sais pas si je peux appeller cela  de la chasse, quand j'avais à peine 10 ans, j'allais régulièrement l'été à la plage avec mes parents. Dans la crique où on avait l'habitude d'aller j'avais repérer une belle sole qui venait à pleine mer tout le temps près de la même pierre et ce deux jours de rang. J'ai raconté cela à mes parents et bien sûr ils ne me croyaient pas (je me rappelle encore les entendre dire : "Mais les soles ne vont pas aussi haut sur les plages..."). Le troisième jour, j'avais pris un haveneau. La sole était au rendez vous, une fois attrapée j'ai crié dans mon tuba ! Mes parents n'en croyaient pas leurs yeux. De mémoire elle faisait plus du kilo.

Ta plus belle prise selon toi ?
C'est ma plus belle et plus grosse : un lieu jaune de 9,44 kg. Ce jour là, j'étais en mer avec David et Paco. David et moi même nous nous mettons a l'eau, je fais une descente sur une tête de roche et me cale à l'agachon sur un tombant. Là, j'aperçois trois gros lieus, deux que j'estime à 5-6 kilos qui naviguent tout doucement vers le fond et un autre encore plus gros que les autres qui vient face à moi. A vingt centimètres de sa tête, je déclenche le tir de mon 115 Geronimo Pro. Il est séché net. En remontant vers la surface, je croise David, je me rappelle encore de son sourire sous son masque. Je ne réalisais pas quel poids il pouvait faire avant de monter à bord du bateau "la vache il est énorme ! Il rentre pas dans le bac !".
Qu'est ce qui te fait rêver actuellement ?
La méditerranée et la pêche du denti.

Quelle prise préfères-tu avoir dans ton assiette ?

Un bon rouget-barbet grillé au barbecue l'été et le lieu jaune au court-bouillon avec un bon beurre blanc.
Depuis combien de temps pratiques-tu la compétition et comment y es-tu venu ?
Je pratique la compétition depuis 2006, j'avais fait le championnat de Bretagne en double avec mon ami Didier RICHARD, que de bons souvenirs même si j'avais les sinus bloqués et qu'il a fallu que je reste deux fois 5 heures sur la planche. J'y suis venu tout simplement par curiosité et ça m'a plu. 

Un gros lieu

Ton plus beau souvenir en compétition ?
Le Trophée Imer auquel je participe maintenant depuis 4 ans avec la même équipe de pots: Gillou et Paco.
Qu'est-ce que t'apporte la compétition ?
La compétition me permet de me surpasser et de rencontrer des nouvelles personnes et des nouveaux coins de pêche. 
Peux-tu nous parler de la Breizh Cup 2007 en simple où tu as terminé à la seconde place ?

Cette année là, la Breizh Cup en simple s'est déroulée en deux manches à Santec dans le Finistère. Ma première journée n'a pas été mémorable,  j'avais décidé d'aller pêcher sur des fonds de 20 m sans vie ! Elle fut d'ailleurs écourtée et annulée à cause de la brume. La seconde journée nous avons eu un temps magnifique. J'avais repéré dans la semaine cette zone avec Yffic du club. Nous avions trouvé une belle pierre qui retenait des mulets. Le départ de la competition donné, je flèche rapidement deux bars de 760 et 780 g (la maille était à 800g) et loupe un joli de 2 kg environ tout en me dirigeant vers la pierre repérée. Une fois la pierre abordée je pêche mes premiers mulets à l'agachon. Je termine ma pêche à trou sur cette pierre où je ferai un doublé. Je décide ensuite pour compléter ma pêche l'aller chercher des lieus et vieilles mais sans succès. Je prendrai la seconde place de cette Breizh Cup.

Peux- tu nous raconter ton expérience au Trophée National 2007 de Marseille ?

Ce fût le premier Trophée National auquel je participe. On logeait tous à Niolon, une calanque, dans l'ouest de Marseille, ambiance garantie ! En début de semaine on a repéré les zones de compétition. Le national a commencé par les doubles auxquels j'ai participé avec Charles RIOUAL. Pour cause de mauvais temps, c'est la zone de repli qui a été choisie : les îles du Frioul. Nous n'avions pas repéré la zone et il faut dire qu'il n'y avait pas grand chose au fond ! On terminera bredouille.

La première journée des individuels : les falaises de Cassis. La zone était profonde dès qu'on s'écartait de la falaise. Je termine 39ème avec une dorade royale de 400 g... La seconde journée se déroulait sur l'îlot de Planier, j'ai pêché sur des fonds de 0 à 15 m. Ce jour là il y avait un courant assez fort. J'ai terminé cette journée à la 5ème place avec 1 sar, 1 saupe, 3 mostelles, 1 mulet et quelques poissons non valables. Je termine mon premier Trophée National à la 18ème place.

Le mot de la fin ?

On le répétera jamais assez, toujours chasser à deux et faire très attention a ne pas dépasser ses limites. Longue vie a la chasse sous-marine !

Publié dans Interviews

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article