Deux Bretons au Fort Béar (BANYULS)

Publié le par Ligue Bretagne Pays de Loire - FNPSA

Venues en force de Bretagne (5 équipes), parmi celles-ci, notre duo Sébastien Quesseveur (56 ans) / Sébastien Durand ( 36ans) s'est offert la deuxième place du podium. ( club Royale club sub d'Etel) et (club de Saint Nazaire sub club)

Départ de Lorient le mercredi 1er avril (!). Arrivée Banyuls, camping de la Pinède.

Soirées calmes (il faut!) Repérage 3 fois 5 heures les jeudi, vendredi, samedi.

 

Météo menaçante. La tramontane va forcir jusqu'à dimanche, où, rabattue sous le Mont Canigou, elle atteindra 25 à 30 nœuds. Il faut calculer le repérage en fonction des vents forcissants.

La zone initialement prévue ( 1.5 milles par 1 mille environ) sera d'ailleurs réduite de moitié le jour de la compétition. D'où une frustration pour les équipes qui ont réalisé leur repérage sur la totalité du site.

La mer froide (12 °) vient accentuer la fatigue du voyage. La visibilité : 3 à 5 mètres. Mais le dimanche matin, tout le monde est vaillant et assuré d'une bonne perf...

 

Départ compétition à 9h, pour 5 heures de pêche. La houle est formée et mousse sur les pointes, réduisant encore la transparence. L'équipe Seb-Seb prend le parti, depuis l'anse de Paulilles, point de départ, jusqu'à la pointe Bear, soit 20mn de palmage. Sous le phare, une demi-douzaine de bateaux ont transporté depuis Banyuls des plongeurs bouteille. Cette concentration qui à certainement dispersé les poissons nomades qui fuient la zone encombrée de chaînes de mouillage et de bulles d'air ,gène l'équipe. Nous rasons le pied de falaise, pas d'autres choix, Seb D harponne coup sur coup une mostelle et un sar repérés les jours précédents pour amorcer notre accroche poisson. Seb Q s'enfonce dans la mousse de la pointe et prend une muge ( qui ne fera pas le poids). Une autre équipe est là (Bruno et Loïc, qui finiront 3eme ). Il s'agit pour moi de dissimuler la prise pour ne pas révéler le banc de muges. (stratégie…) . Rien à faire, Bruno la repère, s'enfonce dans la mousse et tire une muge de bon poids…

 

Mais les poissons roi sont ici la mostelle et le sar qui sont le plus souvent enragués. Lorsque les plongeurs bouteille se replieront à midi, les prises vont s'accumuler : 3 sars enragués, dont deux en doublé ! Mais doublé non accidentel car Seb D a attendu, dans la semi-obscurité de la rague, le bon alignement pour tirer. Puis une autre mostelle, elle aussi enraguée. Mais la zone s'encombre des nouveaux venus qui viennent finir leur chasse dans le secteur Béar.

C'est presque la fin du temps alloué. Notre binôme se rapproche du bateau-mère qui est une solution de repli plus proche que l'anse Paulilles. Et comme souvent, lors du repli vers le bateau en fin de pêche, le poisson est là, dans la zone très proche de l'embarcation. Vieilles et bleues, naviguent, l'une d'elles (une belle bleue) repartira estaffilée vers les profondeurs.

Et c'est la pesée et le palmarès.

 

Deux Bretons au Fort Béar (BANYULS)

Ce classement de second pour nous, deux bretons, est remarquable. Il nous a fallu absorber la fatigue de la route, la méconnaissance du site méditerranéen, très différent du littoral breton, et s'adapter à une faune que nous connaissons peu, en particulier la mostelle inexistante sur les côtes septentrionales. Mostelles barbues qui se sont laissées surprendre, ne connaissant pas le profil d'un chasseur breton !!!

 

Sébastien Quesseveur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article